Par James Grundvig – 4 février 2019 – Traduit par Jean Hudon cqlpe.ca

Article tiré de ce site – https://maisonsaine.ca/sante-et-securite/electrosmog/la-menace-que-la-5g-pose-a-la-sante-humaine.html

 

La scène du crime sortait tout droit d’un film d’Alfred Hitchcock. Cent cinquante oiseaux morts gisaient sur le sol, tombés des arbres dans un parc de La Haye, aux Pays-Bas.

Le deuxième événement de ce type, l’automne dernier, a poussé les citoyens néerlandais à lever les yeux et à se demander ce qui se passait. À voir ces étourneaux robustes tombés à leurs pieds, les suspects habituels que sont la maladie, la pollution et un acte criminel ont été vite écartés.

Le coupable se trouvait au sommet d’une gare toute proche: un mât avec de nouvelles antennes du réseau 5G. Le test du système de télécommunication était un échec à plus d’égards qu’on ne l’aurait cru. En conséquence, le ministère néerlandais a reporté à 2020 sa vente aux enchères du spectre de la 5G.

Pendant des décennies, l’industrie des télécommunications et les gouvernements n’ont pas investi suffisamment d’argent dans les études sur la sécurité des champs électromagnétiques (CEM) et des radiofréquences (RF), ainsi que sur leurs effets sur la santé humaine.

Cette négligence s’est produite malgré un communiqué de presse conjoint de 2011 de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et du Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) selon lequel les rayonnements des CEM sont «potentiellement cancérogènes pour l’homme».

Les effets potentiels sur la santé humaine de la pollution provenant des RF ont été ignorés. Ce n’est pas uniquement le déploiement des réseaux 5G qui est préoccupant. Les fréquences provenant des routeurs Wi-Fi, des bornes d’accès sans fil et des téléphones portables constituent également une menace sérieuse, en particulier pour les enfants.

Les promesses de l’ère numérique

Dans quelques années, les réseaux 5G deviendront le tissu numérique de connexion des drones, des véhicules autonomes, des chaînes de blocs, de l’Internet des objets, des chaînes d’approvisionnement, des maisons intelligentes, des compteurs intelligents, des appareils intelligents, des bâtiments intelligents et des villes intelligentes.

L’attrait des vitesses de téléchargement ultra-rapides de la 5G sera vaste et omniprésent, mais entraînera un coût caché en terme de transmissions de RF invisibles, de rayonnements électromagnétiques et de constante réception et transmission de signaux Wi-Fi que la plupart des gens considèrent comme inoffensifs.

Le Dr Martin Pall, professeur émérite à la Washington State University et l’un des principaux experts mondiaux en matière de champs électromagnétiques, a présenté devant le National Institute of Health les dangers de la 5G et a déclaré: «Chacun de ces effets des CEM entraînera des menaces existentielles à notre survie… Chez les souris, les CEM ont essentiellement mis fin à leur capacité à se reproduire … La 5G générera des fréquences et des pulsations beaucoup plus élevées que les micro-ondes.»

Dans la dernière diapositive du Dr Pall, on peut lire :

«Le plan actuel, qui a déjà été approuvé par le Congrès américain et la Commission fédérale des communications (FCC), est d’installer des dizaines de millions d’antennes 5G, irradiant chaque personne et chaque être vivant dans tout le pays, sans même qu’il n’y ait eu une seule étude sur l’innocuité au plan biologique de ce que sera véritablement le rayonnement de la 5G… c’est absolument dément.

L’agence américaine de protection de l’environnement (la EPA) n’a pas étudié les effets des CEM sur la santé humaine, ni établi de normes de sécurité et a arrêté en 1979 de mesurer les rayonnements électromagnétiques. Le site Web de l’agence contient un lien vers un rapport obsolète de 1992, intitulé «Questions et réponses sur les champs électriques et magnétiques.»

L’attitude de l’OMS est encore plus scandaleuse en ce qu’elle n’a pas informé le public des dangers des rayonnements électromagnétiques. Une visite sur son site Web et la faible quantité de matériel obsolète sur les CEM nous amènent à remettre en question la charte de l’organisation. Le site Web de l’OMS contient six études sur les CEM datées de 1981, 1983, 1987, 1993, 2004 et 2007, ainsi que quatre publications antérieures à 2004.

Le fait que ce gardien mondial de la santé humaine, qui considérait les rayonnements électromagnétiques comme «potentiellement cancérogènes» il y a huit ans, ait omis ainsi d’informer les gens est ahurissant.

Alors que l’administration Trump mettra en place un plan de réforme du gouvernement américain, de rationalisation du champ d’action des agences, des structures de suivi et de consolidation des différents bureaux, le document de 132 pages ne mentionne pas le secteur des télécommunications alors qu’il arrive à la prochaine étape cruciale de son évolution.

En conséquence, la FCC continuera à être responsable de la santé et de la sécurité des rayonnements de la 5G, même si son organigramme fait très peu de place à la surveillance en matière de sécurité sanitaire.

La science des effets des champs électromagnétiques

Ce n’est que l’automne dernier que des citoyens ont joint leurs voix à celle des scientifiques qui ont forcé les législateurs du Michigan à tenir des audiences sur les CEM et amené le sénateur Richard Blumenthal (D-Conn.) à sonner l’alarme sur la 5G.

Blumenthal a mis au défi le secteur des télécommunications de «prouver que la 5G est sans danger».

Au cours d’une interview sur Skype, la Dre Fiorella Belpoggi, directrice de la recherche au Centre de recherche sur le cancer Cesare Maltoni de l’Institut Ramazzini de Bologne en Italie, a expliqué les problèmes liés aux rayonnements des CEM et à la menace que représente la 5G.

« Le spectre de RF à faible intensité est dangereux pour l’homme. Les expositions environnementales ont pour conséquences des tumeurs du cerveau et des cellules nerveuses du cœur », a déclaré Belpoggi. Les mécanismes en cause ne sont pas au niveau de la peau en lien avec la chaleur thermique, telle que l’exposition au soleil, mais au niveau cellulaire dans tous les organismes vivants.

« En Europe, des études épidémiologiques sur les riverains des tours de téléphonie cellulaire ont également permis de détecter des tumeurs du nerf acoustique et des tumeurs faciales», a-t-elle déclaré. «Les effets demeurent dormants pendant des années. C’est ce délai de latence qui pose problème. Les cancers n’apparaissent souvent que 20 ou 30 ans plus tard. Avec la génération actuelle d’accros aux écrans, nous voyons l’émergence de cancers dès le stade embryonnaire. »

« Au niveau cellulaire, les impulsions nerveuses des ions affectent profondément les mitochondries (stockant l’énergie) et le métabolisme (diabète) », a-t-elle déclaré. « Les ondes millimétriques ne sont pas bien connues; plus d’études sont nécessaires. Je crains que la 5G ne ressemble à ce que fut l’amiante, se répandant partout dans la société, pour ensuite constater quand il est trop tard les dégâts qu’elle a causés. »

Belpoggi a souligné que les basses fréquences ont le même effet que les CEM avec « des longueurs d’onde plus courtes et des fréquences différentes, mais le même effet global ».

Le problème avec la 5G est que ses longueurs d’onde se propagent sur des distances plus courtes que celles de la 4G. Cela signifie que les réseaux 5G nécessiteront l’installation de millions d’antennes supplémentaires au cours de la prochaine décennie par rapport aux antennes cellulaires de la 4G. Les antennes de la 5G seront visibles partout autour de nous, fixées à des poteaux d’éclairage et de téléphone, et sur les toits des maisons, des écoles, des gares et des immeubles à bureaux. Elles seront omniprésentes.

« Les CEM et les RF altèrent l’ADN humain. Ils contribuent à l’impact environnemental en lien avec l’autisme, la maladie de Parkinson, les cancers et la diminution du nombre de spermatozoïdes. Nous devons réaffecter des fonds provenant d’autres secteurs de la société, de l’industrie et du gouvernement, et en faire une priorité absolue », a déclaré Belpoggi, qualifiant l’état actuel des choses de «politique insensée, où la technologie est plus importante que la santé humaine».

À la fin de l’année, le laboratoire de Belpoggi publiera une étude sur les effets des CEM sur 2 800 rats, dont 1 000 servant de groupe témoin. Ils vont observer les effets sur tous les organes. L’étude a été financée par près de 30 000 citoyens de la région, car l’Institut Ramazzini est une organisation à but non lucratif qui n’est soumise à l’influence d’aucun gouvernement ni d’aucune industrie. L’institut collabore avec les meilleurs scientifiques mondiaux possédant une expertise en toxicologie et en oncologie et partage des données avec des institutions américaines depuis 2000.

Aux États-Unis, la Dre Sharon Goldberg, témoin expert, a répondu à un courriel lui demandant quels étaient les trois problèmes de santé majeurs que posent la 5G et l’Internet des objets.

1. « La cataracte – qui représente 60% de toutes les chirurgies ophtalmologiques et coûte 3,6 milliards de dollars par an à Medicare. »

2. « La résistance aux antibiotiques et les dommages au système immunitaire – la technologie des ondes millimétriques affecte la sensibilité aux antibiotiques (et la croissance) des cultures de staphylocoques et de E. coli. Les effets aigus des rayonnements électromagnétiques sur les systèmes cellulaires vivants sont souvent très différents des effets d’une exposition chronique. »

3. « La grande inconnue concernant les effets des ondes millimétriques est leur impact sur la dépression et le suicide, et sur l’épidémie d’opioïdes. »

Le témoignage de la Dre Goldberg devant le Comité sur la politique énergétique de la Chambre des représentants du Michigan a retenu l’attention de la législature de l’État et du public. Deux vidéos YouTube à ce sujet ont généré plus de 650 000 vues.

À ce jour, seules des équipes de scientifiques – avec des pétitions et des sites Web difficiles à trouver – ont exprimé leurs préoccupations et publié des données précieuses sur les effets de l’exposition aux CEM. Cela devrait inciter l’EPA, la FCC et l’OMS à agir, à investir dans la recherche, à informer le public et à mettre à jour leurs informations périmées sur les technologies qui auront une incidence sur toute forme de vie : humains, plantes, insectes et animaux.

Un moratoire sur l’installation des réseaux 5G doit être une priorité absolue.

James Grundvig est l’auteur de Master Manipulator: The Explosive True Story of Fraud, Embezzlement and Government Betrayal at the CDC. (Maîtres manipulateurs: La véritable histoire explosive de fraude, de détournement de fonds et de trahison du gouvernement au Centers for Disease Control). Il vit et travaille à New York.

Tiré et traduit de https://www.theepochtimes.com/the-threat-5g-poses-to-human-health_2790506.html où l’on trouvera divers liens intégrés dans le texte.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *